Violences faites aux femmes* : les déclarations outrageuses du secrétaire d’un syndicat national de police

« Aujourd’hui, on va au commissariat dès qu’un homme vous fait un compliment », c’est le titre d’un entretien de La Libre avec la journaliste Catherine Nay publié le 23 janvier. Plus tard dans la journée, Thierry Belin secrétaire du syndicat de police national SNPS commentait en le repartageant sur twitter : « Toute la dérive de notre société résumée en une phrase » [1[

C’est tout le sexisme structurel de la police, que le secrétaire du syndicat SNPS (syndicat national du personnel de police et de sécurité), a démontré en une phrase dans un tweet. En effet, il met en évidence la posture institutionnelle policière face aux violences machistes faites aux femmes*, qui les décrédibilise systématiquement et contribue à leur perpétuation en ne prenant pas les plaintes des victimes, en rendant les procédures infernales pour ces derni•èr•e•s, …

Dans le commentaire qui accompagne le tweet : « Toute la dérive de notre société résumée en une phrase », c’est l’intensification du mouvement féministe qui est visé. Ce mouvement est vecteur de la libération de la parole sur les violences machistes subies et développe des analyses des systèmes de domination. Logiquement, la pression qu’il exerce créé des vagues réactionnaires chez ceux qui bénéficient de l’oppression patriarcale.

En moyenne, une femme victime de violence sur cinq se rend au commissariat. Le ratio passe à une femme sur dix lorsqu’il s’agit de porter plainte pour viol [3]. Deux raisons principales à cet état de fait : la culpabilisation et le discrédit qui pèse sur les femmes* victimes de violence; l’incompétence policière en la matière (on ne compte plus les témoignages de femmes* qui sont mal reçues, voir carrément renvoyées chez elles, lorsqu’elles portent plainte pour violence).

Les déclarations abjectes ne s’arrêtent pas là. Interpellé par l’élu écolo Hicham Tahli sur son tweet sexiste, Thierry Belin réattaquera à plusieurs reprises avec des tweets ouvertement racistes et islamophobes, les élus d’écolo :  » […] avec vous et vos amis fréristes, les femmes ne risqueraient plus rien puisqu’elles seraient confinées dans leur cuisine et ne sortiraient qu’accompagnées d’un homme” [2]. Il fait ici référence au fait qu’écolo défend la liberté de choix quant au port du voile, ce qui n’a pourtant rien à voir avec le supposé confinement des femmes dans leur cuisine..

En voulant discréditer les politiques qui l’ont interpellé et détourner l’attention de sa déclaration sexiste, via des tweets ouvertement racistes et islamophobes, le secrétaire du syndicat SNPS illustre également bien le racisme structurel de l’institution policière. Nous pouvons imaginer qu’il tweeterait aussi « Toute la dérive de notre société résumée en une phrase » avec un article similaire sur les mouvements antiracistes et décoloniaux.

Les déclarations outrageuses de M. Belin ne font pas de lui le « mauvais flic » qu’il suffirait de renvoyer pour améliorer la police. Il s’agit de souligner un état général du corps policier : c’est l’institution policière entière qui est traversée par le sexisme et le racisme. Lorsque des policier.ère.s haut-placé.e.s se permettent ce genre de déclarations publiques, l’on ose à peine imaginer ce qu’ils peuvent dire, faire et penser en privé.

Comment la police peut être la solution proposée aux violences machistes alors même que cette institution est frontalement hostile aux luttes féministes ? Le sexisme et le racisme institutionnel de la police et de la justice ont été démontrés par de nombreuses études. Les situations comme celles-ci tendent à donner raison aux mouvements féministes et antiracistes qui prônent la mise en place d’alternatives à la police et la justice.

*. Aux personnes sexisées, femmes & minorités de genre.

Sources :

https://lacapitale.sudinfo.be/…/violences-legard-des… [1]

https://ecolo.be/…/violences-a-legard-des-femmes-ecolo…/ [2]

https://www.instagram.com/p/CZJjtrcNt8F/ [3]

Didier Fassin, « La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers »; Mathieu Rigouste « La domination policière », … [4]

Entretien de la journaliste Catherine Nay titré « Aujourd’hui, on va au commissariat dès qu’un homme vous fait un compliment », https://www.lalibre.be/…/catherine-nay-aujourdhui-on…/

Article de la DH Les Sport, du 05/09/2021, nommé « Rajae Maouane fait partie de la dérive communautariste d’Ecolo »