Bois de la Cambre : la jeunesse réprimée

Depuis le retour du beau temps, la population a réinvesti l’espace public en général et les parcs en particulier. Le bois de la Cambre a été un espace très utilisé pour cette dynamique : de nombreux.ses jeunes s’y sont retrouvé.e.s et ont bravé le couvre-feu à plusieurs reprises, restant au bois jusqu’à minuit, voir plus tard. Ce dimanche, la police ne l’a pas entendu de cette oreille : un important dispositif policier était déployé dès le début d’après-midi.

Des patrouilles circulaient entre les différents petits groupes. Un drone volait au-dessus des plaines du bois, en ordonnant aux gens de porter le masque et garder les distances. Vers 19h, la police a procédé à une évacuation de la plaine du lac du bois de la Cambre. Dans la presse, la porte-parole des forces de l’ordre explique avoir demandé à un grand groupe de jeunes de se disperser car ils et elles ne respectaient plus les mesures sanitaires1

Toujours selon la même porte-parole, le groupe aurait d’abord refusé d’obtempérer, avant de se raviser : « Ils ont ensuite quitté les lieux et le calme est revenu”. Pourtant, tout ne s’est pas passé aussi simplement. La police a d’abord tenté de faire évacuer indistinctement la quasi-totalité des gens présent.e.s sur la plaine du lac. Un groupe a alors refusé d’obtempérer, en scandant “Justice pour Ibrahima”, “tout le monde déteste la police” et « liberté ».

La police n’a pas hésité longtemps : la brigade à cheval a chargé, épaulée par de nombreux.ses policier.ère.s à pieds. Des gens dans la foule se sont fait renverser dans la bousculade et la police a distribué des coups de matraque. C’est à ce moment-là que la plupart des jeunes ont quitté les lieux, en continuant de scander “tout le monde déteste la police” et en promettant de revenir. De quoi nuancer la version policière et médiatique qui ne mentionne même pas la charge.

Source : 1 https://www.rtl.be/info/regions/bruxelles/bois-de-la-cambre-la-police-intervient-1282925.aspx