Évolution du mouvement des jeunes pour le climat

Il y a 2 semaines, le groupe Youth for Climate Paris et Désobéissance Ecolo Paris fêtait le premier anniversaire du mouvement grève pour le climat français (anniversaire qui coïncide avec celui du mouvement belge) par une occupation dans le siège de l’entreprise BlackRock.

Après avoir marché et fait la grève pour le climat pendant des semaines et n’avoir rien obtenu, ces collectifs parisiens on pris un tournant réussi ; celui d’une réelle convergence et d’une tactique plus offensive et efficace. Cette occupation l’illustre parfaitement, BlackRock étant un des symboles de la probable privatisation du régime des retraites en France et grand investisseur dans la destruction de l’environnement (en investissant chez Total, BNP etc.).

Par cette action, plus que jamais, une justice climatique et sociale est exigée. Elle s’inscrit également dans une démarche d’écologie sensible, qui nomme des responsables et ouvre des possibilités tactiques fortes.

Comment le mouvement belge va lui aussi pouvoir prendre ce tournant et sortir de son inefficacité ?

La Zablière – Zad d’Arlon a ouvert de nouveaux horizons en Belgique, l’action de blocage de la conférence « Back from Davos » en ouvre d’autres en s’attaquant directement aux responsables. Le mouvement des jeunes pour le climat doit oser se renouveler tactiquement et aller vers les bons alliés.

 Extrait du communiqué du groupe Désobéissance Écolo Paris :

« Quand on s’est engagé pour le climat, on nous a dit qu’il fallait faire des ’écogestes’. Fermer le robinet, éteindre la lumière, prendre le vélo, utiliser un peu moins son téléphone. Nous ne nous sommes pas privés d’appliquer certaines de ces propositions qui faisaient sens pour nous. Mais nous ne voulons pas être tenus pour responsables de la crise écologique quand les multinationales et les Etats, eux, ne font rien pour fermer le robinet du pétrole, éteindre la lumière du nucléaire, prendre le vélo pour sortir du capitalisme, et arrêter de nous bassiner avec la 5G qui nous permettra juste de voir le monde brûler en HD sur nos écrans.

Nous répandrons notre jeunesse et notre gaieté partout où ils sèment la mort et la désolation. Nous leur rendrons la vie insupportable jusqu’à ce qu’ils finissent par fuir sur des îles désertes. Et puisque nous voulons vivre une belle vie, nous continuerons, de notre côté, à cultiver les sols, à nous entraider, et aller à la rencontre de tous ceux et celles qui veulent sortir du pétrin où ils nous ont mis. Notre joie ne sera jamais intimidable.

Joyeux anniversaire, jeunes en grève pour le climat ! Nous avons cessé d’attendre!»

Communiqué complet ici : https://www.facebook.com/400907550728882/posts/729021277917506?sfns=mo

Photo: Lucas Boirat lors de l’action dans le siège de BlackRock