La Zad d’Arlon fête ses 100 jours d’existence

(Photo Anthony Dehez)

Le 26 octobre 2019, des militant.e.s écologistes et des riverain.e.s lançaient une occupation pour un weekend sur le site d’une ancienne sablière répertoriée de grand intérêt biologique à Arlon. 100 jours plus tard iels sont toujours là et une Zad y est née.

La Zad (Zone À Défendre), c’est la suite logique du mouvement « climat » qui s’est développé l’année passée, parce que la lutte écologiste c’est également une lutte de territoire. Sur la zad, il s’agit de se réapproprier nos moyens existences et d’empêcher la destruction du vivant qui a lieu à chaque instant et partout dans le monde pour oser une écologie sensible.

La Zad, c’est lutter contre des projets inutiles et polluants ; c’est créer des espaces de vie hors du capitalisme ou l’on apprend à vivre ensemble en dehors des rapports marchands.

Pourquoi à Arlon ? La Zablière – Zad d’Arlon s’est installé sur un site d’un grand intérêt biologique où vivent plusieurs espèces en voie d’extinction pour empêcher Idélux d’y installer un zoning industriel. Projet évidement inutile, dans un monde ou l’économie est partout et première responsable de la destruction de l’environnement. Mais si la Zad est née là, ce n’est pas seulement pour protéger ce site mais également pour dénoncer une politique globale de bétonisation en Wallonie et de magouille politique entre l’entreprise intercommunal Idélux et la commune d’Arlon.

Pourquoi pas partout ? Si à Notre-Dame-des-Landes il n’y a pas d’aéroport et à Sivens il n’y a pas de barrage c’est grâce aux combats de millers d’activistes sur des Zads. À Arlon, les zadistes feront tout pour qu’il n’y ai pas de ce zoning industriel ! L’occupation comme moyen d’action a montré son efficacité et partout autour de nous on détruit le peu de nature qu’il nous reste. Après avoir marché toutes les semaines pour le climat, attendu des mesures fortes des gouvernements et n’avoir rien n’obtenu il est temps de mettre du concret dans nos luttes !