El Cafe, Waff : un policier travaillait illégalement dans la sécurité des bars : une enquête a été lancé pour des « faits potentiellement très graves »

Deux mois après la déferlante de témoignage de violences sexuelles commises dans deux bars ixellois, le El Cafe et le Waff, suite à laquelle deux manifestations avaient eu lieu ainsi que le lancement du mouvement @balancetonbar qui a récolté une septantaine de témoignages, nous apprenons qu’un policier inspecteur travaillait illégalement comme agent de sécurité dans un des deux bars ixellois ciblés. Pire, la police enquête actuellement sur lui pour des « faits étant potentiellement très graves »[1].

Tout laisse entendre, dans les informations évasives données par la police, que le policier en question serait potentiellement impliqué, en plus de son activité de sécurité illégale, dans certaines des agressions sexuelles commises dans les bars. En effet, dénoncé en interne par des collègues, c’est dès le 14 octobre que le chef de corps de la police de Bruxelles aurait été informé.

Dans un premier temps, le policier en question aurait simplement été affecté à un autre service. C’est suite à « d’autres informations »1 parvenue à la SAI (Service des Affaires Internes (de la police)) qu’il a été décidé d’ouvrir une enquête sur l’inspecteur le 4 novembre 2021. A la suite de nouvelles informations révélant des « faits étant potentiellement très graves » le 10 novembre le policier était écarté de son service le temps de l’enquête.

Le dossier a également été saisi par la justice. Les informations de l’enquête de la SAI sur le policier ont été transmises aux enquêteurs du procureur du roi. Pas n’importe lesquelles. Ceux qui enquêtent actuellement sur les accusations de violences sexuelles commises dans les deux bars ixellois. Par ailleurs, nous pouvons souligner le temps que les informations ont mis à nous parvenir, dans un contexte pourtant tendu.

Le fait que les forces de l’ordre ont mis du temps à révéler ces informations, en restant très floues, va de pair avec les pratiques policières habituelles où la hiérarchie masque, en général, les faits ternissant l’image de l’institution policière[2,3,4]. La pression du mouvement féministe a sûrement joué sur le lancement de l’enquête : les faits ne sont pas récents, mais ils n’ont été dénoncé qu’après une mobilisation d’ampleur, tant dans la rue que sur les réseaux sociaux.

Les informations délivrées par la police et la justice ont le mérite de nous questionner sérieusement sur le degré d’implication du policier dans les affaires de violences sexuelles concernant les deux établissements ixellois. L’enquête étant toujours en cours, nous reviendrons dessus une fois de nouvelles informations disponibles.

Sources :
1 : https://www.lesoir.be/…/balancetonbar-un-policier…
2 : https://www.rtbf.be/auvio/detail_investigation?id=2640030
3 : https://www.rtbf.be/…/detail_harcelement-sexuel-a-la…
4 : Didier Fassin : La force de l’ordre, une anthropologie de la police des quartiers.